Chicago Express

The inconvenient thing when you spend only a day in a city is the fact that you only see a fraction of what it has to offer. A friend of mine had told me to spend the day « looking above », since Chicago has an exceptional architecture. Alas, we spent most of the day in museums, but we did go to the John Hancock Center Observatory to see what life looks like at the 94th floor.

First stop : the Art Institute, a great museum, great by its architecture and by its collections. The Impressionnists always attract the masses, with good reasons. There are very nice paintings from these artists, notably Renoir. I was disappointed to see that a painting  by one of my favorite painter,  Gustave Caillebotte, was temporarily gone to a parisian museum. But I was very glad to see « in the flesh » Van Gogh’s The Bedroom. Its vivid colors and spatula works are striking. I spent a long time in front of it. The Indian Art of the Americas collection was too small for my taste. Curiously, there were more artefacts from South and Central America than from the US. American painting and sculpture from the mid-nineteen century was a complete discovery for me (except John Sargent). This bronze by Frederic Remington was striking, but I fell for H. MacNeil’s  Moqui Runner and for a series of Amerindian portraits, such as this one. My beloved viking liked very much a series of painting looking like caricatures in the folk art collection, as well as a window by Marc Chagall.

Second stop: Museum of Science and Industry. This is a gigantic museum in a neoclassical building, mainly designed for children: pratically everything is interactive. Due to hollidays, it was litteral busting with people, children and strollers and all temporary exhibits were sold out, we could’nt see Charlie Brown and the Great Exhibit. Still, the permanent collection is very interesting, and as true city slickers, we were ecstatics seeing chicks being born in a heated hatchery.

Then I succumbed and bought a Gravitron. It is a simple plastic peg entirely made by an automated assembly line. We also fell in « tourist trap » linked to the Charlie Brown exhibit, we will soon publish it online.

Third stop : John Hancock Center Observatory, 94th floor of that skyscraper. Night and fog gave the illusion that the streets would go on foverer in the distance. (photo: Google images)

Then the day culminated with a fine dining.

Chicago express

L’inconvénient de passer qu’une journée dans une ville, c’est qu’on ne voit qu’une fraction de ce qu’elle nous propose. Une amie m’avait conseillé de me promener « le nez en l’air » puisque Chicago est une ville exceptionnelle en ce qui a trait à l’architecture. Nous avons toutefois passé la journée dans deux musées, mais avons tout de même admiré la ville depuis le 94e étage du John Hancock Center, un des gratte-ciels les plus hauts des États-Unis.

Premier arrêt : le Art Institute, un superbe musée, autant par son architecture que par ses collections. Évidemment, les salles des Impressionnistes attirent les masses, avec raison d’ailleurs. Il y a de belles toiles des grands noms de ce mouvement, dont Renoir. J’étais déçue parce qu’une toile d’un de mes peintres favoris, Gustave Caillebotte, était temporairement prêtée à un musée parisien. Toutefois, voir La Chambre de Van Gogh, après avoir vu nombre reproductions, était saisissant. Les couleurs vives explosent sous nos yeux et les traits de spatule en relief font que je me suis attardée plus longtemps devant cette toile. La section d’art amérindienne des Amériques était trop petite selon moi, et il y avait curieusement plus d’objets de l’Amérique du sud et de l’Amérique centrale que des États-Unis. Une belle découverte, la peinture et la sculpture américaine de la deuxième moitié du 19e siècle, que je connais peu. Ce bronze de Frederic Remington était étonnant, mais mon coup de coeur est le Moqui Runner de H. MacNeil, ainsi qu’une série de portraits d’Amérindiens, dont voici un bel exemple. Le viking a bien apprécié des toiles qui ont l’air de caricatures dans la section Art populaire, ainsi qu’une
fenêtre de Chagall. 

Deuxième arrêt: le Museum of Science and Industry. Imaginez-vous un Centre des sciences au moins 10 fois plus grand que celui de Montréal, logé dans un immeuble de style néo-classique. C’est un musée surtout conçu pour les enfants, pratiquement tout est interactif. C’est congé, c’était bourré de monde, d’enfants et de poussettes, et toutes les expositions temporaires étaient complètes, dont, à mon grand désespoir, celle sur Charlie Brown. La collection permanente est tout de même très intéressante: en vrai gens de la ville, nous nous sommes extasiés devant la naissance de poussins dans un incubateur 

et j’ai craqué et je me suis fait fabriquer un Gravitron. Il s’agit d’une bête toupie en plastique, mais elle est entièrement fabriquée sous nos yeux par une chaîne de montage entièrement robotisée. Nous avons aussi succombé à une « trappe à touristes » en lien avec l’exposition de Charlie Brown, que nous n’avons pas pu voir. Nous tenterons de mettre le résultat en ligne bientôt.

Troisième arrêt : l’Observatoire du John Hancock Center, au 94e étage. La nuit et le brouillard donnaient l’impression que les rues allaient à l’infini. (source photo: Google images)

Ensuite, nous avons pris un succulent repas bien mérité….

Food inc.

Those who know me well know that I love « good food ». My biggest fear before taking the road was how hard would it be to find good food. Even though we have no budget problem, I find it hard to eat balanced meals on the road, I shiver thinking of what poorer people eat (fries and any fried protein you can think of. I even saw a side dish of fried green beans). On the toll highway, there is almolst nothing but junk food. We try to find family restaurants, where you can eat big salads. Our first breakfast at a Buffalo hotel was quite something to forget: reheated food, omelets and eggs that look as they were made of plastic, disposable plates and ustensils, cleverly hidden fruits. The only good thing beside coffee was the sausages, surprisly good, with a rosemary flavor.

In Chicago, in quite a posh hotel, the restaurant was a cafe from a well-known coffee chain. The food was good, but even there the side dishes were carbohydrates. Omelets and scrambled eggs were good, but they were served with bread or awfully salted hash browns. No fruits in plates, you had to buy them as extras next to the cash register.

But I had my first culinary choc in Omaha. Did you know that glazed doughnuts are an essential part of a well-balanced breakfast? Me neither! The hotel where we stayed offers studios and suites with kitchenette, so there were many family with young children. Seeing toddlers eating doughnuts with froot loops just broke my heart. Before the age of 10 I was also addicted to sweet-as-hell-cereals, but my mom didn’t let me eat only sweet things in the morning.

On a general note, even quality food is too salted for my taste. In another post, I will write a gourmet’s critique of a steakhouse in Chicago, where meatlovers can only be in heaven.

Quand l’appétit va….

Ceux qui me connaissent bien savent que j’aime « bien manger ». Ma plus grande appréhension de ce voyage? La nourriture! Manger des repas équilibrés comportant suffisamment de fruits et de légumes n’est pas une chose si facile pour nous, alors je n’ose imaginer ce que mangent les démunis. Même à proximité de l’autoroute payante, il n’y a presque uniquement de la nourriture rapide, avec toujours les mêmes chaînes. On essaie de se rabattre sur les « restaurants familiaux », où il y a au moins des salades repas. Le premier matin à l’hôtel près de Buffalo, c’était pitoyable: que de la nourriture réchauffée, des oeufs et des omelettes ayant l’air d’être en plastique, des fruits savamment dissimulés, de la vaisselle en plastique jetable. Le seul bon point, les saucisses étaient bonnes, c’en était très étonnant, elles goûtaient le romarin.

À Chicago, le restaurant pour déjeuner était en fait un café d’une chaîne très réputée, mais là encore, les féculents étaient mis en valeur: omelettes et oeufs brouillés, très bons, mais servis seulement avec pain et pommes de terre, pas de fruits dans les assiettes, ils étaient en supplément à côté de la caisse.

Ce matin, à Omaha, mon premier véritable choc. Saviez-vous que les beignes bien gras constituent un apport essentiel à un déjeuner nutritif? Moi non plus! L’hôtel où nous sommes propose des studios et suites avec cuisinette, alors il y avait de nombreuses familles avec jeunes enfants. Voir les tout-petits engouffrer des beignes avec des bols de froot loops m’a vraiment découragé. J’ai eu moi aussi un appétit pour les céréales sucrées avant l’âge de 10 ans, mais ma mère ne me laissait pas manger que du sucre le matin.

Sinon, en général, même la nourriture de bonne qualité est salée. Je vous ferai une critique complète d’un restaurant de Chicago dans un autre billet, un endroit où les amateurs de steak en ont pour leur argent.

Nous partons dans quelques minutes pour Denver. La météo ici à Omaha: environ -10C, peu de neige contrairement à Des Moines, où il y avait presque autant de neige qu’à Montréal. Il semble qu’il fera légèrement plus que zéro à Denver, ce que nous constaterons à la fin de la journée.

Chicago

We’re in Chicago for two days, for a deserved break from the driving. We’re looking forward to visit museums, eat in good restaurants, strolling by and trying the elevated L-trains circling « The Loop ». By night Chicago’s skyline is magnificient. Our hotel is close to the Trump Tower. The rate is fine for tonight and a bit more high end tomorrow because of a weekend premium, but it is ok for now. The first hotel we tried was sold-out. We went out and had a bite in a English pub. Quite ordinary food, the wine and beer was better, but the best quality/price ratio was the Big Ben Brownie, a huge dessert that, sold at 7$, was more suitable to 4 people than 2.

We were lucky to leave Montreal on Boxing Day. Here’s what a spy sent us:

Tonight in Chicago, it is -1C and there is absolutely no snow, the last two storms passed either at South or East of the windy city.

Postcard from Buffalo, NY

We decided to stop in the Buffalo suburbs because of the snow that began falling around 5 pm. It is nearly 11 pm and we are back from a Red Lobster restaurant (there is no restaurant at the hotel). Our original plan was to drive to Erie, but due to the roads’ conditions, it was safer to stop here.

We drove about 2h15 in snowy conditions, the road was not too icy, but there was a lot of wind and we drove at slow speed, listening to clasic rock radio stations to keep us awake. Before that, we listened to various NPR stations programming jazz. I have found the whole  list of NPR’s stations accross the country, it was stashed in the door compartment since 2010. (yes, you’re right, we did not clean the car before taking the road!)

Our second stop is Chicago.

Today, the only story that could be filed under « In the USA and nowhere else »: at Red Lobster’s, I saw a toddler drinking from her baby bottle what looked like a well-known soft dring sold in red cans…

Chicago…

Nous voici à Chicago pour une petite pause de deux jours. Au programme : musées, promenades, restaurants et métro aérien. De soir, le centre-ville est magnifique avec ses tours illuminées. Notre hôtel est tout près de la Trump Tower et est très bien situé. Tarif raisonnable pour cette nuit, tarif bonifié demain pour cause de fin de semaine, on y trouve notre compte tout de même. Nous avons fait une petite promenade avant de manger (très ordinairement) dans un pub anglais. Avis aux gourmands: le « Big Ben brownie » du pub Elephant & Castle se mange mieux à quatre qu’à deux personnes, pour la modique somme de 7$. Le vin et la bière volaient la vedette aux plats principaux.

Nous avons quitté Montréal à temps. Voici ce qu’un espion a photographié:

Ce soir à Chicago, il fait environ -1C et il n’y a pas de neige, les deux tempêtes précédentes ont contourné la ville.

 

Carte postale de Buffalo, NY

Il est presque 23h et nous sommes dans un hôtel de la banlieue de Buffalo. Nous avons eu de la neige à compter de 17h, alors nous avons jugés plus sages de s’arrêter ici et de ne pas poursuivre jusqu’à Erie. Nous avons été manger dans un … Red Lobster! Heureusement que c’était à 10 minutes de l’hôtel, parce qu’il commençait à neiger fortement (pas de restaurant à l’hôtel).

Sur l’autoroute, il neigeait fort, mais la neige s’accumulait peu sur la chaussé et le bas côté de la route, on aurait dit que le vent la poussait ailleurs. Nous avons roulé environ 2h15 dans ces conditions, à une vitesse moyenne, sans incident. Nous avons écouté de stations de radio « classic rock » pour se garder réveillés. J’ai trouvé dans la portière la liste, oubliée là depuis 3 ans, de toutes les stations de radio de National Public Radio (NPR), alors on a écouté du jazz une fois que la station de radio-canada de l’Ontario ne nous rejoignait plus, après Syracuse (je vous entends penser, et vous avez raison: le ménage de la voiture a été négligé avant le départ).

Demain, départ en direction de Chicago, la neige doit cesser ici cette nuit pour se diriger vers le Québec.

Seule anecdote de la catégorie « Aux USA et nulle part ailleurs » en cette première journée: au Red Lobster, une fillette d’environ 1 an et demi a quitté le resto avec un biberon contenant un liquide foncé ressemblant fortement à ce qui se vend dans des cannettes rouges….

Imminent departure

Merry Christmas everyone. We had a good time so far and our bellies are quite filled, but wait! It’s not over, tonight we’ll have dinner with the viking’s family. Since snow is due to fall Thursday, we will leave tomorrow instead. Since in the US everything is so modern, I will have no trouble in finding an Internet access everynight to keep you posted about our journey.

 

Take care and see you soon!

ps: Yes, the viking has received his invitation letter, but by a second expedition company…