Californian Pizza

We hadn’t had pizza in ages. I got the idea of preparing pizza dough after a friend of mine suggested that I make my own bread, since I had trouble finding good bread. So preparing a pizza dough is a first step toward breadmaking. You can see the result:

We are not ready to compete with the pizzeria The Forge, which has opened a new restaurant at Jack London Square, but we are very happy with the final product, it was as good as it looks! It was truly a team’s work, because the viking, a « certified » pizzaman, rolled the dough and placed the toppings.

 

Pizza californienne

Nous n’avions pas mangé de pizza depuis un bail. J’ai eu l’idée de préparer de la pâte à pizza à la suite de la suggestion d’une amie, qui m’a demandé pourquoi je ne faisais pas de pain si j’avais de la difficulté à en trouver. La préparation de la pâte est donc une étape pour me remettre à boulanger. Le résultat? Jugez par vous-même :

Nous ne sommes pas prêts à concurrencer la pizzeria The Forge, qui vient d’ouvrir une succursale au Jack London Square, mais disons que nous sommes ravis, la pizza était aussi bonne que belle! Un travail d’équipe, puisque l’assemblage des ingrédients a été fait par le viking, « pizzaman » agréé.

 

La route culinaire 2

Rappel : Jackie et le viking ont passé neuf jours sur la route, en plus de manger au restaurant durant leur première fin de semaine à Oakland. Quels endroits ont retenu leur attention?

Cru, Denver. Un bar à vin où le viking, soucieux de s’intégrer à son nouvel environnement, a commandé une dégustation de trois vins californiens, et moi, fidèle à l’Europe, j’ai goûté à trois vins italiens. Nous avons mangé deux plateaux de trois fromages, ainsi qu’une salade de tomates, betteraves et mozzarella. Beau décor, et service attentionné.

Palettes, Denver, Musée d’art de Denver. Le meilleur restaurant en ce qui a trait au rapport qualité-prix de tout notre périple. Un premier janvier, pourquoi se risquer à payer 8 $ pour un sandwich datant de plusieurs jours, quand pour 11$ il est possible de déguster un macaroni aux trois fromages? Ou un délicieux demi-poulet à la sauce moutarde et estragon, servi avec une purée de pommes de terre et des haricots verts cuits à point pour 14$? (probablement moins cher que chez Saint-Hubert, a philosophé le viking.) Comme l’entreprise n’affiche pas ses prix en ligne, je ne peux confirmer ces propos. De plus, après avoir déambulé quelques heures, c’est bien de s’asseoir et de se reposer.

Squatters, Salt Lake City, centre-ville. Un endroit très sympathique, où on pouvait aussi boire les bières en fût dans des verres de dégustation à 99 sous, une belle initiative. Le viking a dégusté une belle pièce de viande bien saignante, et moi, un hamburger végétarien, dont la boulette était à base de fèves garbanzo et d’humus.

Home of Chicken and Waffles, Oakland. Pleins de préjugés (poulet et gaufres?), Jackie et le viking se sont rendus à pas feutrés à cet établissement, heureusement ouvert le dimanche soir. Une belle découverte. Ce restaurant sert des gaufres et du poulet frit, ainsi que des plats typiques du Sud des États-Unis. Un peu méfiante quand à la quantité de nourriture pouvant se retrouver dans une assiette, j’ai commandé un plat de poulet sans les gaufres, même chose pour le viking. Mon poulet frit était servi avec une salade verte, et le viking a eu droit à des légumes feuilles poêlés, des fèves et un autre accompagnement que j’oublie. D’ailleurs, oubliez tout de suite le poulet du colonel Kentucky, ce poulet était le meilleur poulet frit que j’ai mangé de toute ma vie, vrai de vrai! La panure était bien assaisonnée, sans gras qui coule de partout, la chair était ferme, mais juteuse. Assurez-vous d’avoir faim avant d’y aller.

Ghazal, Oakland. Un restaurant indien situé à un jet de pierre de notre appartement. Nous avons commandé trop de nourriture parce que nous voulions essayer plein de plats : soupe aux lentilles, entrée de bouchées aux légumes, agneau korma (recommandation du serveur), saag paneer (épinards au fromages, c’est mon plat étalon quand je visite un restaurant indien), pain nan. Tout était très bon, il semble que ce soit de nouveaux propriétaires qui ont repris l’endroit. La sauce korma était délicieuse, malgré que l’agneau aurait pu être plus tendre. C’est le seul point faible. Depuis, je regarde l’affiche avec envie presque tous les jours et nous devons y retourner demain, 29 janvier, une journée bien spéciale pour nous.

Je ferai de temps à autre des recensions de restaurants d’Oakland et de la région. Gourmands, gourmandes, vous aurez l’embarras du choix!

 

On the Culinary Road 2

Synopsis : Jackie et her viking travelled nine days to get to Oakland, and spent their first weekend there eating out twice a day. Which restaurants drew their attention?

Cru, Denver. A bar wine where the viking, willing to integrate himself to its new environment, ordered a tasting of three Californian wines, while I, loyal to the Old continent, tasted three Italian wines. We ate two flights of three cheeses, as well as a beets, tomatoes and mozzarella salad. Nice setting and solicitous service.

Palettes, Denver, Denver Art Museum. The best quality-price ratio restaurant in our journey. On New Year’s Day, there is no sense in paying $8 for days-old sandwiches when you can enjoy a mac and three cheeses for $11, or a delicious half-chicken, mustard and terragon sauce, served with mashed potatoes and perfectly cooked green beans for $14… After a few hours of strolling by in the museum, it is also nice to rest and sit down.

Squatters, downtown Salt Lake City. A friendly spot, where it was also possible to order draught beer samples for 99 cents, a great idea. The viking enjoyed a tasty and rare steak, and I, a veggie burger with a patty made with humus and garbanzo beans.

Home of Chicken and Waffles, Oakland. Filled with preconceived ideas (chicken and waffles? Really?), Jackie and the viking entered the place quietly, which was, thanks heaven, opened on a Sunday night. This is a fine discovery. This restaurant serves waffles, fried chicken and other staples of America’s Southern cuisine. A little suspicious of the quantity of food that can be served, I ordered a chicken plate, without waffles, as did the viking. My fried chicken came with a green salad, and his came with sautéed greens, beans and other sides that I can’t remember. Forget all about Kentucky Fried Chicken, this chicken was the best fried chicken I have ever tasted! The crust was well seasonned, without dripping fat, the meat was firm and juicy. Be sure that your stomach is really empy before going there.

Ghazal, Oakland. This Indian restaurant is located within a throw’s stone from our appartment. We ordered too much food because we wanted to try different dishes: lentil soup, a plate of appetizers made with vegetables, lamb korma (a suggestion of the waiter), saag panner (spinach with cheese, that is my reference meal when I visit Indian restaurants), naan bread. Everything was delicious, it seems this is a new administration. The korma sauce was delicious, but the lamb could have been a little bit tender, that was the only critic that I had of this meal. Since then, every time I pass in front of it I long to return, which we will do tomorrow on the 29, a special day for us.

Now and then I will publish other culinary reviews of restaurants in Oakland and its vicinity. Food lovers you will have lots of choice!

 

 

Old Québec Cheddar

 

En attendant la suite de notre périple culinaire américain, voici ce que j’ai acheté à la succursale BevMo de Jack London Square, un magasin qui vend de l’alcool, mais aussi ce qui peut l’accompagner, notamment des fromages et de la charcuterie.

image

Je n’y ai pas encore goûté. Je crois que c’est seulement destiné à l’exportation, je n’avais jamais vu cette marque auparavant au Québec. J’ai bien hâte, d’autant plus que le cheddar blanc est rarement présent dans les grandes surfaces, que du fromage orange!

La route culinaire

Le viking et moi avons voyagé neuf jours, en plus de la première fin de semaine passée à Oakland, c’est donc dire que nous avons mangé à l’extérieur presque deux semaines entières. Sauf dans l’éventualité où nous irions en croisière, j’espère bien ne pas répéter cette expérience si longtemps.

Voici donc, en ordre chronologique, un résumé des endroits intéressants pour se sustenter si vous prenez la route aux États-Unis et suivez un itinéraire semblable au nôtre.

Premier arrêt culinaire en sol américain : Friendly’s, une chaîne dont le fond de commerce est la crème glacée. Le viking a savouré un fish and chips, et moi, une salade asiatique au poulet. La salade était très bonne et la portion adéquate pour mon appétit. Le menu affiche les calories des plats, une excellente initiative.

 

Red Lobster : deux visites. Cette chaîne propose des menus quatre services à 15$, et j’ai été agréablement surprise par la qualité des ingrédients et des plats. Les personnes qui surveillent leur alimentation savent que les crevettes, quand elles ne sont pas noyées dans le beurre à l’ail ou dans une sauce, constituent une bonne source de protéines, sans matières grasses. Les crevettes grillées étaient délicieuses, servies avec des haricots verts al dente et un mélange de riz brun et de riz sauvage. Je dois souligner que la tarte à la lime repose sur une croûte aux biscuits au gingembre et que c’est délicieux.

 

Applebees. Cette chaîne propose de bons menus pas chers les midis en semaine. Il faut choisir une entrée de soupe ou salade, jumelée à une salade ou à des demi-sandwiches ou des demi-portions de pâtes. La salade de crevettes et d’épinards est très bonne, ainsi que les pâtes aux crevettes et au citron. La soupe au poulet et tortillas ainsi que la crème de tomate au basilic, étaient très goûteuses. Il y a aussi des menus « weight watchers » et à moins de 550 calories.

 

Weber Grill, Chicago. En feuilletant un livre sur la ville de Chicago à l’hôtel, j’ai lu que Weber était une marque connue de barbecues.

(Photo: Heights Eats)

Je me suis dit qu’il y avait de bonnes chances pour qu’un restaurant appartenant à une société de barbecues serve de la bonne viande. Weber vend des barbecues sphériques, et la cuisine ouverte, en plein milieu de l’établissement, permet de voir les cuisiniers à l’œuvre sur d’immenses barbecues d’au moins un mètre de diamètre.

Premier constat : c’est bourré de monde, et même en ayant réservé une table, nous avons attendu. Deuxième constat : si la fumée ne vous incommode pas, les tables en face de la cuisine constituent un bel endroit pour y voir tout ce qui se passe. Nous étions heureusement dans une salle à l’arrière, loin de l’action. Nous avons commandé un filet mignon et une assiette terre et mer, filet mignon de 10 oz et deux grosses crevettes farcies au crabe. Le pain est délicieux, retenez-vous pour ne pas ruiner votre appétit. Je trouve important de vous souligner que durant ce voyage, ce fut la seule salade qui m’a été servie avec une simple vinaigrette huile et vinaigre. Partout ailleurs, ce n’était que des vinaigrettes du commerce (« française », « italienne », « au bleu », « ranch », « milles îles »: Kraft ne fera pas faillite sous peu).

Alors, ce steak? Viande de boeuf Angus du Midwest vieillie 28 jours : probablement la viande la plus tendre que j’aie jamais mangée. Le seul hic, et il était assez important pour que je le mentionne à la serveuse, était la quantité de sel contenue dans les aliments. Je ne sais si le cuisinier a rajouté du sel au filet mignon parce que j’avais demandé d’enlever la sauce, mais si je n’avais pas été aussi affamée, j’aurais renvoyé le tout. Les épinards poêlés aussi étaient très salés, et même après les avoir aspergés de poivre deux fois, je n’ai pas pu les terminer. Même chose pour la garniture de crabe des crevettes, j’ai mangé les crevettes nature. Le viking aussi avait une viande salée, mais ses légumes et sa purée de pommes de terre, quoique salés, l’étaient moins que mes garnitures. Nous avons ensuite mangé un genre de tarte tatin cuite dans un sac au four, c’était délicieux, et bien assez pour deux personnes. Le vin claret 2009 de Francis Coppola était un accompagnement parfait au repas. Bref, si vous adorez le bon steak et que vous passez par Chicago, allez-y, mais avant de commander dites que vous ne voulez pas trop de sel dans votre assiette…

 

Je publierai la suite de ces impressions culinaires demain bientôt.

On the Culinary Road

The viking and I have travelled nine days, and if we add the first weekend spent in Oakland, it means that we have eaten out nearly two weeks. Except in the case where we would be going on a cruise, I hope I will not repeat this lenghty culinary experience.

So I will present, in chronological order, a summary of good places to eat when you’re on the road in the USA, especially if you follow an itinerary that looks like ours.

Our very first stop in American territory, Friendly’s, a chain renowned for its ice cream. The viking cleaned its plate of fish and chips, while I ordered an asian chicken salad. The salad was very good and it was appropriate for my stomach’s size. The menu details  the calories for each dish, an excellent initiative.

Red Lobster : we went there twice. This chain offers 4-course menus for $15 and I was agreably surprised by the quality of ingredients and dishes. People that check their calories intake know that shrimps, when they’re not drowned in sauce and in garlic butter, are a good source of lean protein. The grilled shrimps were delicious, served with al dente green beans and a mix of brown and wild rice. I must add that the key lime pie has a ginger cookie crust instead of plain graham’s: it is a delight.

Applebees. This chain offers good lunch specials on weekdays. We can choose a first course of soup or salad, then add a salad or half-sandwich or half-plate of pasta. The grilled shrimp and spinach salad was very good, as were the lemon and shrimp pasta. The chicken tortilla soup and the tomato and basil cream were tasty. They also offer weight watchers dishes and dishes under 550 calories.

Weber Grill, Chicago. While perusing about Chicago in our hotel room, I read that Weber was a well-known barbecue brand.

(Photo: Heights Eats)

I then thought that a restaurant owned by a barbecue company would serve quality meat. Weber sells these round barbecues. The open kitchen, in full center of the restaurant, let us see the chefs cooking on gigantic round barbecues measuring at least 3ft in diameter.

First, it was bursting with people and even with a reservation, we had to wait for a table. Second, if smoke does not bother you, the seats in front of the kitchen are a great spot to see all the action. Fortunately, we were far in the second dining room. We ordered a filet mignon and a surf and turf platter, consisting of a 10 oz filet mignon and two big crab-filled shrimps. As the bread is delicious, try not to ruin your appetite. I think it worthwhile to note that during our journey, this was the only establishment that served me a salad with a plain oil and vinegar dressing. Everywhere else, I had to choose a factory-made dressing (« French », « Italian », « Blue cheese », « Thousand Islands » : Kraft is not likely to file for bankrupcy soon.)

So, how was the steak? The Midwest Angus beef meat had been aged 28 days: it was probably the most tender meat I have ever eaten. But there was a problem, important enough that I mentionned it  to the waitress: the food was laced with salt. I don’t know if the chef added more salt to my steak because I ordered it without sauce, but if I had not been starving, I would have asked to get another plate. The sautéed spinach were also very salted, even twice sprinkled with pepper I could not finish them. Same thing for the shrimps, I left the crab filling in my plate. The viking’s filet mignon was also salted, as were his mashed potatoes and greens, but much less than my side orders. Then we had an apple pie tatin style cooked in a bag, it was delicious and enough for two people. Francis Coppola’s Claret 2009 was a perfect wine for our meal. In conclusion, if you are a steak lover travelling in Chicago, go there, but before ordering, I suggest that you ask for a low-salt dish.

I will soon publish the second part of this culinary trip.

 

Un 18 janvier sur terre…

Je sais qu’une vague de froid a lieu sur le sud du Québec, mais je ne peux résister à l’envie de publier cette photo, prise vendredi midi.

Pour vous consoler, j’attire votre attention sur deux éléments :

  • la femme se baigne dans la baignoire à remous, dont l’eau est chauffée;
  • en plus de son bikini, elle porte une tuque!

Quant à moi, ce jour là, je me promenais vêtue d’un veston épais, d’un foulard et de gants de printemps…

Strolling around Lake Merritt

Wednesday afternoon, the sun shone, there was a light wind and I went strolling around the Lake Merritt, a salted lake. We can mainly see two animal species on its banks:

-the running bipedal mammals;

-egg-laying animals with feathers.

The latter are much more interesting and there is a bird sanctuary on one of its shore. Guess who’s snowbirding here? Canada geese, of course! They too stroll around in the park, near us humans, slightly less timids than ducks.

Here is an American coot. Until I saw that their feet were not webbed, I had mistaken them as ducks.

These fountains brings oxygen to the lake, which is quite polluted, according to a well-documented Wikipedia article.

Whatever the species, greed makes them all flying for food.

Black-crowned night herons fascinate me. They stand still as statues before catching a prey at the speed of light.

The Lake Merritt bird sanctuary, where all species seems to live in peace.