Jardiner à balconville

Après avoir vécu cinq ans dans une maison avec cour et jardin, je m’acclimate plutôt bien en appartement, mais l’envie de jouer dans la terre est encore présente. La semaine dernière, alors que je me promenais tranquillement, j’ai soudain réalisé que la température des deux derniers mois se prête parfaitement à la culture des salades. J’ai proposé au viking d’acheter une ou deux jardinières et de semer quelques salades. Dimanche, nous sommes allés acheter le nécessaire. Très vite, nous avons perdu de vue que nous avions mis dans le panier un petit bac à auto-arrosage, et non un acre de terrain. Laitues, persil, lavande, épinards, bettes à carde et deux plants de fleurs se sont retrouvés dans le panier, plus quelques enveloppes de semences.

Ce n’est qu’une fois occupée à transplanter le tout que je me suis rendue compte de nos trop grandes ambitions maraîchères. J’ai tout de même tout replanté en attendant d’acheter un second bac.


Étant donné le climat ensoleillé, il n’y avait pas un grand choix de plantes qui poussent bien à l’ombre. Tant pis, les plants de kalanchoé resteront plus petits.

Patio gardening

After having lived five years in a house with a backyard and a garden, I adjust well in living in an appatment, but I still had the urge to put my hands and trowel in soil. Last week, as I was strolling by, I realised that the weather of the last two months was perfect to grow lettuce. I suggested to the viking that we buy one or two planters and a  few lettuce plants. So we went Sunday to buy the material and we rapidly lost sight that we had put a small self-watering planter in our cart and not a whole acre lot. Plants of lettuce, parlsey, lavender, spinach, Swiss chards, flowers were added in the cart, as several seed packages.

It is only while I was transplanting it all that I realised that we had too much plants. So I put everything higgledy-piggledy in the planter and it will stay there until we will buy another one.

 


Due to the sunny climate, there was not a great choice of plants that prefer shade, so I expect the kalanchoe will suffer stunt growth.

 

Joaquín Miller Park

image

Beautiful, isn’t it? Some time ago we went to take a bit of fresh air in Joaquin Miller Park, an Oakland city park located in the hills. The only negative point is that you can’t go there in public transit during the weekend. The message is clear: unwheeled poor people, stay home!

A guided tour of the park propelled in a Segway! Diverging opinions: « So cool » says Jackie; « So out » says the viking.

Behind Jackie is downtown Oakland. San Francisco is on the other side of the bay.

Excepting Lake Merritt’s whereabouts, the center of Oakland has few parks and this outing has done us good.

Joaquín Miller Park

image

C’est beau hein? Il y a quelque temps nous sommes allés nous oxygéner les poumons au Joaquin Miller Park, un parc municipal d’Oakland, situé dans les collines qui surplombent la ville. Le seul bémol, c’est l’impossibilité d’y aller en autobus les fins de semaine, autrement dit, les va-nu-pieds, les va-sans-roues, restez chez vous.

Une visite guidée du parc en Segway! Divergence d’opinion : « Trop cool » selon Jackie, « quétaine » selon le viking.

À l’horizon, le centre-ville d’Oakland, et de l’autre côté de la baie, San Francisco.

Exception faite des alentours du lac Merritt, le centre d’Oakland a peu d’espaces verts et cette sortie nous a fait du bien.

A Delicious Break

This Sunday I prepared a new recipe and I swear it won’t be the last time. It was hidden in the Fall 2011 issue of Food and Drink, LCBO’s magazine. LCBO is the Liquor Control Board of Ontario. You can check it out here, it is a cashew chicken curry. For those who don’t like spicy food, you can Moneygram agent choose mild curry paste, that is what I did and this dish is delicious! Here’s a few tips:

  • prepare the sauce in advance and put it in the fridge if you have guests;
  • to replace chichen thighs by breast chopped in cubes is much faster;
  • if you check your sodium intake, use unsalted cashews.

I also swapped the fresh coriander by coriander chutney (half of what’s written) simply because I had it in the fridge.

The result? « As if we were in an Indian restaurant! », said the viking.

Photo: LCBO.com

Pause gourmande

Ce dimanche, j’ai essayé une nouvelle recette, et je vous jure que ce n’est pas la dernière fois que je vais la préparer. Elle dormait dans le numéro d’automne 2011 de À bon verre, bonne table, version française du magazine Food and Drink de la LCBO, l’équivalent ontarien de la SAQ. Vous pouvez la consulter ici, il s’agit d’un cari de poulet aux noix de cajou. Ceux qui n’aiment pas manger épicé n’ont qu’à y ajouter de la pâte de cari non épicée, ce que j’ai fait, et ce plat est très savoureux. Quelques astuces :

  • préparer la sauce d’avance et la placer au réfrigérateur si vous avez des invités;
  • substituer une poitrine de poulet coupée en cubes diminue le temps de préparation;
  • employer des noix non salées si vous surveillez votre consommation de sodium.

J’ai également remplacé la coriandre fraîche par du chutney à la coriandre (la moitié de la quantité requise) parce que j’en avais sous la main.

Résultat? « Comme au restaurant! », selon le viking.

Photo : LCBO.com

Museum and street food

Last Friday we participated in a new activity in Oakland, which started January 7th and will happen every Friday at the Oakland Museum of California, the already popular event Fridays Nights @ OMCA, presented in partnership with Off the Grid. San Francisco’s Off the Grid is a group of street food trucks that gather in strategic public places to offer their products. I think it is an excellent way to attract people to the museum, which has half-price admission fees between 5 pm and 9 pm, during the event.

The atmosphere was very nice and reminded me of Montreal’s festivals: it was diversified (families, young, old, White, Black, Asian and Latino people, everyone was represented), relaxed, non violent and without drunks. A band played soul music from the 70-90’s and there were workshop for kids.

See for yourselves:

The quality of the food was a nice suprise. Eeverything was good, prepared with fresh ingredients, without shortcuts. We felled for the garlicky noodles and beef by An the Go, see above picture. The portion served was sufficiently large that we decided to skip dessert, not without wincing, because the crème brûlée truck was one of the most popular. We also tasted a mushroom empanada, a chicken empanada and falafels.

We probably will repeat the experience. The viking wishes to taste a pulled pork sandwich « dripping with sauce » and I am curious about a filippino burrito. The prices were reasonnable, the most expensive dishes were about $10. Some trucks offer vegetarian food, organic food, and overall it is very diversified. In conclusion, these nights are a great way to end the week.

Cuisine de rue et musée

Vendredi dernier nous sommes allés à une toute nouvelle activité à Oakland, qui a lieu les vendredis soirs depuis le 7 janvier au Musée d’histoire de la Californie, la très courue Fridays Nights @ OMCA, présentée en collaboration avec Off the Grid. Off the Grid est un regroupement de camions de cuisine de rue de San Francisco qui se rendent à des endroits stratégiques pour offrir leurs produits. Il s’agit selon moi d’un excellent moyen d’attirer les gens au musée, lequel offre un tarif à moitié prix de 17 h à 21 h, plage horaire de l’activité.

L’ambiance était très chouette et me faisait penser aux festivals de Montréal : diversifiée (familles, jeunes, vieux, Blancs, Noirs, Asiatiques, Latinos, tout le monde était représenté), détendue, sans violence, sans soûlons. Un groupe jouait de la musique soul des années 70-90, et il y avait des ateliers pour les enfants.

Jugez-en par vous-mêmes :

J’ai été très agréablement surprise par la qualité de la nourriture. Tout était bon, cuisiné avec des ingrédients frais, sans raccourcis. Notre coup de coeur a été les nouilles à l’ail et au boeuf d’An the Go illustré ci-dessus. La portion de nouilles était suffisamment grande pour que nous décidons de nous passer de desserts, à regrets, puisque le camion de crèmes brûlées était l’un des plus populaires. Nous avons également goûté à un empanada (chausson) aux champignons, à un empanada au poulet et à des falafels.

Nous allons sûrement répéter l’expérience, puisque le viking a exprimé le souhait de goûter à un sandwich au porc effiloché « bien dégoulinant » de sauce. Pour ma part, j’ai été intrigué par le concept de burrito philippin (le burrito est un plat américain inspiré de la cuisine mexicaine).  Les prix des plats sont raisonnables, les plus chers étant autour de 10$. Certains camions proposent de la nourriture végétarienne, ou biologique, l’offre est très diversifiée. Bref, ces soirées constituent un excellent moyen de conclure la semaine.

A visit to UC Berkeley

Last week I went to University of California’s Berkeley campus. Berkeley is just north of Oakland, easily accessible by bus or BART’s subway. Several people ask me how I spend my days since our arrival. Even though I am in a holliday state of mind, it won’t last long. I enrolled in a short programme in night classes and my first class, Grammar, Mechanics and Usage for Editors, begins in March. My neurons will work hard since I only had a single course like this several years ago.

Berkeley’s campus looks exactly like an American university campus as imagined by foreigners having seen too many Hollywood movies. It is a gigantic campus filled with trees, where beautiful 19th century neo-classical buildings mingle with squared concrete soviet-type buildings from the 60’s and 70’s. Barrows Hall, where I will attend my first class, is from the latter category.

Here are some pictures:

Several creeks pass throught the campus.

One of UC Berkeley’s libraries.

A practice of quidditch, a sport imagined by J.K. Rowlands, writer of Harry Potter series.

I am glad I won’t have to participate in any sports activity!

 

Visite au campus de Berkeley

Je me suis rendue la semaine dernière au campus de Berkeley de l’Université de Californie. Berkeley est une ville voisine d’Oakland, au nord de cette dernière, facilement accessible en métro ou en bus. Plusieurs personnes me demandent à quoi j’occupe mes journées depuis mon arrivée. C’est vrai que je suis en mode vacances, mais plus pour longtemps. Je me suis inscrite à un mini-programme aux cours du soir de l’université, et mon premier cours, intitulé Grammar, Mechanics and Usage for Editors, commence en mars. Il s’agit d’un cours de grammaire anglaise pour réviseurs, mes neurones travailleront très fort, puisque je n’ai eu qu’un cours de ce genre il y a plusieurs années.

Le campus de Berkeley ressemble en tout point à ce qu’un étranger s’imagine être un campus universitaire américain. Sur une immense étendue peuplées d’arbres règne un mélange de bâtiments hétéroclites, les plus beaux édifices néo-classiques du 19e siècle côtoient les horreurs bétonnées et carrées des années 60 et 70. Barrows Hall, où j’aurai mon cours de grammaire, fait partie de cette dernière catégorie.

Voici quelques photos :

Plusieurs ruisseaux enjolivent le campus.

Une des bibliothèques de UC Berkeley.

Hé oui, une séance d’entraînement de quidditch, sport né de l’imagination de J.K. Rowlands, l’auteure de la série Harry Potter.

Heureusement, je n’aurai pas à participer à ce genre d’activités!