Sondage auprès des lecteurs

Chers lecteurs, dites-moi ce que vous voulez lire. Jusqu’ici, j’ai conservé le ton léger et amusé de l’étrangère qui s’étonne de son nouvel environnement. Toutefois, je commence à manquer d’inspiration. J’ai envie de parler de choses plus sérieuses, comme ce qui se passe dans l’actualité, ou de discuter de faits de société. Est-ce le genre de choses que vous souhaitez lire?

Je sais que c’est le temps des vacances, mais il n’y a pas de date limite pour me faire parvenir vos commentaires.

Merci à l’avance!

PedalFest

Samedi après-midi, je suis allée faire un tour au PedalFest à Jack London Square. Je n’avais jamais vu autant de gens, je dirais même plus, de jeunes à cet endroit! Vélos bizarres, compétitions de BMX, tentes à bière, accessoires de vélo, pétitions pour des pistes cyclables, je ne suis pas restée très longtemps mais j’ai bien aimé l’ambiance. La mairesse d’Oakland, Jean Quan, est même passée à quelques centimètres de moi, sans gardes du corps; j’ai donc vu que l’ambiance était très décontractée.

Voici quelques photos:

J’ai profité de l’occasion pour acheter (en solde!) une superbe sacoche de vélo rouge suffisamment grande pour ramener plus que deux pots de yogourt de l’épicerie.

Terre et mer (2)

Samedi dernier, pour la dernière journée du séjour de soeurette viking, nous sommes d’abord allés à Land’s End, un parc qui surplombe des falaises et offre un panorama spectaculaire sur le Pacifique et le Golden Gate Bridge:

Ensuite, nous avons fait une pause repas à China Beach. Voici le viking dans son élément naturel à la plage, c’est-à-dire bien au sec, loin de l’eau:

(Je suis un peu de mauvaise foi. L’eau glaciale décourage les plus de 18 ans.)

La troisième étape de notre journée: traverser le pont Golden Gate pour aller du côté du Marin County prendre des photos du pont. Le pont était embrumé comme le veut la tradition.

La brume arrive…

 

Après six mois ici, je suis toujours émerveillée de cette proximité de l’océan et des merveilleux paysages qui s’offrent à nous. Par contre, je ne m’ennuie pas du tout de la chaleur accablante qui a cours en ce moment au Québec…

Alcatraz

Si j’étais une personne qui aime se faire peur avec des superstitions, je pourrais m’en tricoter une sur mesure: « ici, il fait toujours beau, sauf quand je vais à Alcatraz ».

Durant le séjour de papa et maman viking, il a plu trois jours, dont le dimanche passé à Alcatraz. Je croyais dur comme fer qu’il ferait un temps superbe à ma seconde visite sur la célèbre île, mais c’est sans compter le microclimat de San Francisco. Il fait toujours beau à Oakland, alors qu’à San Francisco, en face, il fait toujours quelques degrés de moins et la ville est souvent embrumée.

C’est donc sous un ciel gris que nous avons pris le traversier jusqu’au quai 41 à San Francisco; la « correspondance » pour Alcatraz se prend au quai 33. Je vous avertis, il faut acheter vos billets à l’avance. Nous avons croisé un couple de québécois déçus de voir qu’en date du 11 juillet, les prochains billets offerts étaient pour… le 4 août!

Voici quelques photos de « The City » prises depuis le traversier:

Ensuite, destination Alcatraz. La prison a fermé ses portes en 1963. En 1969, voyant que le gouvernement fédéral ne faisait rien avec l’île, des Amérindiens ont décidé de l’occuper, occupation qui a duré 19 mois. En vertu d’un traité de 1868, toute terre fédérale inutilisée ou inoccupée doit retourner aux Amérindiens qui l’ont cédée.

L’île n’a pas été cédée aux Amérindiens américains, mais cette occupation a attiré l’attention du public du monde entier sur leurs conditions de vie. Sur le château d’eau on peut lire Paix et liberté Bienvenue Terre de liberté Territoire amérindien.

Le bâtiment central de la prison est situé sur un promontoire. Il faut marcher environ une quinzaine de minutes pour s’y rendre. Ensuite, la visite s’effectue au moyen d’un audioguide dans la langue de son choix. La narration est très vivante et nous donne à la fois le point de vue des gardiens et des détenus.

 

La vue de San Francisco depuis la cour accessible aux détenus:

 

Il s’agit d’une attraction touristique qui vaut le détour. Je ne regrette pas cette seconde visite  en moins d’un mois.

 

Virée dans les hauteurs

San Francisco est une ville bâtie sur des collines et elle propose encore aujourd’hui un mode de transport qui fait courir les foules, le cable car. Il ne reste que quatre lignes de ces tramways liés à des câbles souterrains. Même les habitants de San Francisco qui dédaignent les attractions touristiques disent que « ça, c’est très agréable ».

Il faut attendre au moins 40 minutes aux points d’embarquements. Il est possible de tenter sa chance sur la rue, car les conducteurs évitent de trop remplir les tramways, mais mieux vaut faire la file et avoir une bonne place. Les plus aventuriers s’accrochent aux poteaux.

Toujours plus près de toi, mon Dieu… Bon, la photo ne rend pas justice à la montée réelle de la rue Powell, puis de la rue Hyde. Et je vous confirme, c’est très agréable comme activité!

Fermeture temporaire…

… du bureau de tourisme. Papa viking et maman viking sont repartis hier soir dans leur contrée natale. La semaine prochaine, nous accueillerons soeurette viking. D’ici là, le bureau de tourisme ferme ses portes, le temps pour moi de faire le ménage et les courses.

Les employés du métro régional BART sont en grève depuis lundi, espérons que le conflit de travail sera terminé la semaine prochaine. Sinon, ce sera un sacré casse-tête pour me rendre à l’aéroport chercher notre dernière invitée de l’été.

Je vous laisse sur quelques photos du centre-ville de San Francisco, prises la semaine dernière durant une virée en autocar de tourisme.