Veille du Jour « D »

Demain, nous déménagerons enfin dans notre résidence principale, si les déménageurs se pointent bien entendu (un des ex-collègues du viking s’est fait faire le coup ce dimanche); croisons les doigts! Nous n’aurons pas de véritable accès Internet avant mardi probablement. Le téléphone cellulaire du viking va nous dépanner d’ici là, mais je ne suis pas de cette génération qui blogue à partir d’un écran gros comme un timbre, alors je vous dis bonne fin de semaine!

Mettre un nom sur une statistique

Cet été, j’ai écrit dans un billet que 60% des faillites personnelles aux États-Unis sont liées à des frais médicaux. Nous avons malheureusement pu mettre un nom sur des circonstances aussi difficiles. Notre ancien barman du samedi, Angelo, a quitté Oakland au début de l’été pour retourner vivre à Portland en Oregon. Nous avons appris en consultant le blogue Brewpublic, dont il est l’un des fondateurs, qu’il a une tumeur au cerveau. Cette tumeur est bénigne, mais a causé des crises d’épilepsie. Il a dû être hospitalisé et a subi de coûteux traitements. Le hic? Tout comme des millions d’autres Américains, Angelo n’a pas d’assurance. La communauté « bière » de Portland multiplie les soirées-bénéfices afin d’aider Angelo à payer ses traitements et éviter qu’il ne fasse faillite.

Signe des temps modernes, il y a une collecte de fonds en ligne pour Angelo. Je vous dirai seulement qu’il est possible de faire une bonne action en cliquant sur le lien précédent.

 

L’automne à Oakland

Il paraît que l’automne est arrivé à Montréal. Ici aussi, depuis lundi! Les deux dernières semaines avaient été très belles, même plus agréables que des semaines de juillet. Parfois cet été je restais volontairement au soleil (ce que je ne faisais jamais à Montréal), parce qu’il faisait frais à l’ombre, alors que durant les deux dernières semaines, il faisait aussi 25 degrés à l’ombre, ce qui était très agréable.

Depuis lundi, par contre, les matins sont gris et frais :

IMG_0758

 

Les arbres ont pris des teintes automnales, ou perdent leurs feuilles, comme au Québec : IMG_0756IMG_0757Cependant, les après-midis sont toujours ensoleillés :IMG_0760

À ma grande surprise, certains plants refleurissent, comme les lis tigrés…IMG_0761

… et les somonas.

IMG_0755

 

IMG_0759

 

Les roses du jardin de roses sont également en forme, comme celle-ci, une variété appelé « dentelle française ».

Entre le ménage de notre nouvel appartement et les boîtes à remplir, je manque un peu d’assiduité sur ce blogue. Nous emménagerons le vendredi 1er novembre, j’ai bien hâte!

 

Céder à la tentation culinaire et à l’anglicisme*

Vendredi soir, nous sommes allés manger au Chop Bar, sur la 4e rue près d’ici. Il s’agit d’un bar restaurant « branché », avec un décor post-industriel mêlé à du rustique qui est si populaire ici en ce moment.

Le viking a commandé une choucroute, et moi, une poutine! Cela faisait longtemps que je voulais essayer ce plat.

IMG_20131018_203212_050

 

La poutine était un peu salée, servie avec de la sauce blanche, du fromage râpé et du boeuf effiloché. Bel effort, mais cela ne me donne pas envie d’en recommander une, contrairement aux Guilty Fries de la Tribune Tavern. De plus, il y avait trop de viande par rapport à la quantité de frites.

Une fois que nous serons déménagés, il est peu probable que l’on y retourne, contrairement au restaurant indien Ghazal, où nous avons nos habitudes.

*J’avais intitulé ce billet Indulgences, qui est un anglicisme dans le sens de se gâter, et non dans le sens d’une personne indulgente, qui pardonne. Donc, vous me pardonnerez cet égarement passager et merci à DunOceanalautre qui a sonné l’alarme!

Ce n’est pas fini…

… tant que ce n’est pas fini, aurait dit Yogi Berra, ancienne légende du baseball et ex-gérant des Mets et des Yankees de New York. À Oakland, la saison de baseball est terminée, l’équipe des A’s ayant été défaite durant la première ronde éliminatoire par les Tigers de Detroit, pour la seconde année de suite.

Mais ce dimanche, alors que le viking et moi sommes allés sur l’île d’Alameda faire les courses, nous avons vu que la saison de baseball n’était pas terminée pour tout le monde:

alameda-baseball

 

« Regarde, les outardes jouent à la vache! », que je dis au viking en riant, d’abord à cause des outardes, puis à cause de l’expression jouer à la vache. « Il y a bien juste les Québécois francophones qui connaissent le baseball qui savent ce que ça veut dire! »

Pour ceux qui ne le savent pas, jouer à la vache fait référence à la position des joueurs qui sont au champ extérieur, bien éloignés du marbre. Avouez que c’est un tantinet plus poétique que voltigeur, le terme officiel.

(Maman me disait que quand elle était petite, quand elle jouait à la vache, il arrivait parfois qu’elle mette le pied dans une bouse… de vache. Voilà peut-être une piste pour l’origine de cette expression).

Album de voyage 2

Voici quelques photos du sud de la France.

IMG_0647Photo prise sur un  pont dans le village de B.

La vue du balcon de ma chambre, sise dans un gîte au coeur du village.

IMG_0677

 

IMG_0682

 

À Nice, des thermes romains cohabitent avec le musée Matisse, la maison rouge à droite de la photo.

IMG_0692

 

Le port d’Antibes.

IMG_0655

 

Une des plages de la ville.

IMG_0660

 

J’ai gardé les plus beaux tons de bleu pour la fin…

IMG_0670

 

Album de voyage

Durant mon dernier voyage, j’ai mis en ligne des photos lorsque j’avais accès à un autre appareil électronique que ma tablette, dépourvue de la fente où s’insère la carte mémoire de mon appareil photo.

Mieux vaut tard que jamais, voici quelques photos supplémentaires.

IMG_0571La maison natale de mon papa (ils vivaient à 13 là-dedans!)

IMG_0576

 

La maison et  la ferme vues depuis la route qui mène au village.

Qui dit « ferme », dit « grange », dit « chats »:

IMG_0568

 

IMG_0592

 

Ensuite, c’est le grand saut vers Lyon, en France:

IMG_0608Une fontaine rue de la République, dans la zone piétonne.

IMG_0623Le cousin du Bixi, appelé « Vélo’V » (vélove).

IMG_0628Une charcuterie aux Halles Paul Bocuse, temple du beau, bon et cher.

IMG_0627Beurre d’arachide : c’est exotique, donc c’est cher.

IMG_0626Même chose pour le sirop d’érable. 13 euros = 18 $ CAN.

La région de Lyon compte une microbrasserie ayant le même nom qu’une microbrasserie américaine de l’Orégon, Ninkasi:

IMG_0629

 

Pour clore ce chapitre lyonnais en image, la façade du Musée d’art contemporain:

IMG_0630

 

Demain, vous aurez droit à des photos du Sud de la France, question de vous réchauffer mentalement avant l’hiver.

 

 

 

 

 

 

Le retour

Je suis rentrée à Oakland vendredi soir, épuisée mais très heureuse d’être chez moi, ou plutôt chez nous, en compagnie du viking. Nous nous sommes dirigés tout de suite vers notre nouvel appartement, où le viking s’est donné à fond ces dernières semaines: peinture, céramique, électricité, panneaux de gypse, tirage de joints, tout cela prend forme pour notre déménagement à la fin du mois.

Je me suis reposée en fin de semaine, parce que le décalage horaire se faisait encore sentir, mais j’ai tout de même accompli un minimum de tâches ménagères qui avaient été négligées durant mon absence, alors que le viking a poursuivi des travaux dans l’appartement, puisque aujourd’hui et hier avait lieu la pose des armoires de cuisine par des ouvriers (il faut bien que mon chéri se repose un peu).

Notre appartement donne sur le jardin de roses d’Oakland (lien vers Google Images) :

2013-06-30 15.36.55

 

Le jardin compte un escalier de 116 marches; après deux jours d’allers-retours pour aller faire des courses, j’ai déjà les mollets plus musclés et le souffle moins court!

 

Trois jours à New York : bilan

Cette pause new-yorkaise a été très intéressante, malgré que je suis loin d’avoir tout fait ce que je voulais faire, chose normale. Je voulais me remettre un tant soit peu du décalage horaire, et même si je dormais correctement environ sept heures par nuit, je me réveillais tôt, et en fin de journée j’étais claquée. Je me suis donc limité à visiter un musée par jour, et non deux. Je suis triste d’avoir raté le musée Guggenheim (fermé le jeudi!), mais mon cerveau a tout de même admiré tant de belles œuvres au musée Whitney d’art américain ou au Museum of Modern Art que je ne peux pas me plaindre.

En résumé,  j’ai surtout visité des musées et le métro, et je me suis un peu promenée dans Sunnyside Queen, où je réside, et dans les environs de Central Park, de la 68th à la 90th rue. La beauté de cette ville, c’est qu’on peut toujours y revenir et ne jamais voir les mêmes choses. Plus sûre, plus propre et plus accueillante qu’il y a 25 ans, New York est plus que jamais une destination phare. De plus, le fait de loger à bon compte grâce à des particuliers doit attirer encore plus de gens comme  moi, qui n’ont pas les moyens de payer 250 $ la nuit (prix moyen en hôtel). Lors de mon dernier et unique séjour ici en 1997, nous étions logés au New Jersey; ce que l’on économise en argent, on le perd en temps, alors je vous recommande de trouver vous aussi un endoit dans la ville pour profiter pleinement de votre séjour.

Sur ce, à bientôt,  je dois préparer ma valise pour mon retour californien.

Jackie dans le métro

Le métro de New York est très étendu, mais ce qui peut poser problème,  c’est qu’il faut bien surveiller quel train passe sur un quai. Se perdre dans le métro constitue une étape obligatoire du séjour touristique, voici le récit d’une matinée passée sur les rails.

Mercredi matin. Mon programme : aller au musée d’Asie et au musée Whitney d’art américain, les deux étant situés à quelques rues l’un de l’autre. Mon appartement est à trois coins de rue de la ligne 7, ce qui est très commode. Arrivée à la station, je passe la carte, et alors que je suis à moitié engagée dans le tourniquet géant, il se bloque. Je repasse ma carte, mais évidemment,  pour prévenir la fraude, il y a un délai pour la repasser. Je décide de marcher jusqu’à la station suivante, à sept rues. Avant d’entrer, j’appelle le service à la clientèle pour savoir quel est le délai : 18 minutes si je suis dans la même station, aucun si je suis dans une autre, alors, je me dirige vers l’entrée de gauche. Une fois sur le quai, je vois que le train se dirige dans la direction opposée au centre-ville.  Comme le métro est aérien,  je ne peux repasser de l’autre côté sans payer… Je me remets en marche vers la station suivante, à sept rues, je regarde bien quelle entrée choisir (même sens que la circulation automobile), je grimpe sur le quai, et rapidement un train arrive, ouf! Chers lecteurs, ce n’était que le début d’un film à sketch!

Ensuite, je descends au terminus, à Time Square, et je cherche la correspondance pour les lignes 4, 5, ou 6, qui desservent la station 68th street,  ma destination. Rien. Je regarde mon plan du métro : je devais descendre à Grand Central Station. Je retourne sur le quai, reprend la ligne, et descend à Grand Central. Le train 6 arrive, j’y entre, et là, je vois que je suis dans un express, qui file tout droit jusqu’à la station 86 th street. Euh… bon, pas le choix, je sors pour reprendre la direction opposée.  Sauf que… pour la direction opposée,  il faut sortir, traverser la rue et repayer pour l’emprunter. Ce que je fais. Je laisse passer deux trains 5, parce que je me dis que le 5 n’arrête peut-être pas du tout à 68th, et attends le 4. Je prends le 4… eh oui, un autre express qui file jusqu’à 59th… En plein midi en plein soleil, je préfère ne pas marcher vingt rues. À Grand Central Station,  je regarde ATTENTIVEMENT les quais et remarque les mots « express » et « local » sur DEUX plates-formes différentes.  Ah, je viens de comprendre! Heureusement,  un train 6 LOCAL arrive en quelques minutes, et je me rends enfin au musée d’Asie.  Temps de trajet : plus de 90 minutes au lieu de 40 minutes. Toutes ces émotions m’ayant creusé l’appétit, je décide de manger avant d’attaquer la visite…

Conclusions :
– quand on voyage seule, au moins, on ne se chicane pas avec personne sur le sens de l’orientation;
– une carte de trajets illimités de 7 jours (30 $) est un excellent investissement. Sinon, j’aurais perdu au moins cinq billets, à 2, 50 $ le billet unitaire, la facture grimpe rapidement!

Un avantage du métro de NY : les voitures sont climatisées. Cela aide à reprendre ses esprits…