Les saisons de Jackie

Excepté l’hiver exceptionnellement chaud et sec (exceptionnel tout de même depuis trois hivers), le nord de la Californie bénéficie d’un climat tempéré, et surtout la région d’Oakland. Depuis notre arrivée en janvier dernier, je peux vous dire qu’il a fait de 12 degrés à 25 degrés, avec quelques journées de 28 degrés l’été.

C’est donc difficile pour moi de savoir quels fruits et légumes sont « de saison ». En ce moment, les légumes d’automne sont encore bien présents sur les étals des marchés publics, à des prix raisonnables : pommes de terre, céleri et céleri-rave (ce dernier est facile à trouver, ça tombe bien, j’adore le céleri-rave), oignons, ail, et une grande variété de choux, notamment les choux de Bruxelles et le chou kale, deux variétés très populaires en ce moment.

Par contre, le manque de pluie se manifeste déjà. J’ai voulu acheter des chanterelles samedi et ce champignon forestier ne pousse pas faute de pluie.

En contrepartie, certains fruits et légumes sont offerts toute l’année, surtout les fraises et les raisins. Mais en ce moment, les vrais fruits de saisons sont les agrumes : oranges, citrons, mandarines. La saison des kakis est presque terminée, et j’attends les cerises avec impatience; d’ici la mi-février, elles devraient faire leur apparition dans les marchés.

Ma grande déception cet été concerne les bleuets : acides, peu sucrés et vendus à prix d’or, je n’en ai acheté que deux ou trois fois en espérant chaque fois qu’ils seraient meilleurs.

Voici un paysage du lac Chabot d’Oakland photographié dimanche. Oui, c’est plus jaune que vert…

lac.Chabot

 

 

Mais tout n’est pas brun en cette période de sécheresse : la saison des magnolias bat son plein.

IMG_0837

Il fait beau…

… trop beau. Le gouverneur démocrate de la Californie, Jerry Brown, a déclaré l’état d’urgence vendredi dernier pour cause de sécheresse. Après trois hivers secs, dont le plus sec était celui de 2013, les niveaux des réservoirs d’eau baissent et comme il ne pleut pas, il ne neige pas non plus, bref, tout va mal. Les éleveurs de bétail sont inquiets et doivent faire venir du foin à grands frais des états du Midwest. Les bestiaux nourris « à l’herbe » non plus rien à se mettre de vert sous la dent. Les agriculteurs aussi sont très inquiets. La Californie produit à elle seule la moitié des fruits et légumes des États-Unis (plus quelques-uns qui sont envoyés au Canada, l’hiver surtout), il pourrait y avoir certains légumes en moins sur les tables, et une flambée des prix.

Le gouverneur demande aux citoyens de réduire de 20% leur consommation d’eau (fermer le robinet quand on se brosse les dents, quand on se lave les mains, etc.), mais curieusement, rien n’empêche les sociétés d’exploitation de gaz de schiste de procéder à la fracturation hydraulique, c’est-à-dire injecter de l’eau dans la roche pour libérer le gaz. Oui, les personnes morales que sont les sociétés semblent parfois avoir plus de droits que les véritables personnes que nous sommes…

Et puis, le froid?

C’est avec un grand étonnement que le viking et moi se sommes aperçus de l’inquiétude de notre entourage. Nous avons entendu cette question à plusieurs reprises. Je vous rassure tout de suite, vous n’aviez pas besoin de vous inquiéter pour nous!

Un an ne permet pas vraiment de se déshabituer, de plus, contrairement aux « vrais » Californiens, nous avions toute une panoplie de vêtements et d’accessoires d’hiver (panoplie entièrement rangée dans une valise format « bagage à main »). Je vais faire une exception sur la publicité, ces sacs de compression sont si pratiques! Comment aurions-nous pu ranger dans une si petite valise deux manteaux, deux paires de bottes, deux pantalons de neige, ainsi que des bonnets, des gants, des mitaines et des écharpes sans cela? Impossible!

La première semaine a été fort remplie, avec des festivités d’avant-Noël, de Noël et d’après-Noël, et toutes les calories qu’il fallait pour surmonter le froid. Heureusement, les quelques jours passés à la campagne au environ du jour de l’an ont permis de recharger nos batteries. Puisqu’il faisait -25 C le jour, nous avions une excuse toute trouvée pour rester à proximité du poêle à bois, alimenté avec amour et enthousiasme par mon oncle. Le 2 janvier, nous sommes allés à Québec et nous nous sommes régalés au Bistro Boulay, spécialisé en cuisine « boréale » et qui met en valeur des produits québécois. J’y ai bu un délicieux cocktail composé de thé du Labrador glacé, de purée de poire, de vodka et de jus de citron. Le restaurant propose des poissons, de la viande de gibier et des légumes et herbes bien de chez nous, comme de la quenouille.

Nous avons également visité le musée J.-A. Bombardier à Valcourt, entièrement consacré à la motoneige. Nous avons eu une visite commentée, je vous recommande cet endroit si vous êtes en Estrie et que vous avez quelques heures de libres. Je publierai des photos prises durant notre visite dès que j’aurai accès à ces dernières.

Pour le reste, tout s’est bien passé, froid ou pas. Mais je peux bien vous avouer que je ne m’ennuie pas des dangereux trottoirs glacés…

 

Le retour

Le viking et mois sommes rentrés comme prévu samedi soir. À notre arrivée ici une belle surprise nous attendait : plusieurs cartes de vœux, merci à tous ceux qui ont eu la gentillesse de nous écrire.

Depuis le 30 décembre nous n’avons eu accès à Internet que sporadiquement, c’est pourquoi vous avez eu peu de nouvelles de notre séjour au Québec. Nous avons pu éviter les tempêtes et le verglas durant nos déplacements et tout s’est bien passé. Revoir la familles et les amis nous donne un nouvel élan pour cette année 2014. De plus, j’ai fait le plein de disques et de livres québécois, ça va me réconforter pour le reste de l’année.

J’écrirai un billet plus approfondi demain sur nos aventures hivernales.