Préparons-nous!

Le séisme qui a eu lieu dimanche dans la vallée de Napa a fait de nombreux dommages, mais relativement peu de blessés. La plupart des structures endommagées sont en briques: immeubles du 19e siècle, cheminées, ou très peu résistantes, comme des maisons mobiles.

Heureusement, nous n’avons rien eu, seulement, cela m’a fait réfléchir. Notre trousse d’urgence n’est pas complète. Nous avons un sac à dos de la Croix-rouge, qui contient une trousse de premiers soins, des comprimés pour faire bouillir de l’eau et d’autres produits. Par contre, la lampe de poche à manivelle était dans la voiture jusqu’en début d’année : elle doit être en punition dans le garage et la couverture d’urgence est dans ma trousse d’urgence de sacoche de vélo (mais je vais la laisser là).

Nous avons assez de nourriture pour quelques jours, mais pas d’eau embouteillée, ni de sac à dos pour évacuation rapide. Je vais régler ça bientôt.

Je vous invite à consulter cette page du ministère de la Sécurité publique du Québec, qui donne des conseils sur la préparation en cas d’urgence. Le contenu de la trousse de la Croix-Rouge sur l’image ressemble à celui de notre propre trousse.

En plus des deux premiers conseils,

  • Eau potable — deux litres par personne par jour, pour au moins trois jours
  • Nourriture non périssable — provision pour au moins trois jours

si vous avez des animaux domestiques, prévoyez aussi de l’eau et de la nourriture sèche pour trois jours pour eux.

Je vous invite également à télécharger la brochure du gouvernement canadien sur la préparation aux urgence, il suffit de cliquez ici.

 

TOUT VA BIEN!

Il y a eu un tremblement de terre cette nuit près de Napa, qui est à environ une heure de route d’ici. Ne vous inquiétez pas pour nous, les cadres sont toujours bien droits sur les murs, nous n’avons rien eu comme conséquences, sinon de se faire réveiller par notre « premier » tremblement de terre californien. Ici, la secousse ressentie a été d’environ 3 sur l’échelle de Richter.

Au moins, cette fois-ci je me suis réveillée, contrairement au petit séisme d’octobre 2012 à Montréal, où il paraît que j’ai grogné quelque chose à une question du Viking avant de me retourner dans mon sommeil. Le lendemain, j’étais stupéfaite. Un tremblement de terre!

Cette nuit, c’est le Viking qui s’est rendormi plus rapidement, je suis restée réveillée peut-être quinze ou vingt minutes, à attendre des répliques qui ne sont pas venues.

Tout va bien, on va aller faire les courses tranquillement cet après-midi.

Le mot du jour : feng shui

Oui, feng shui : « Art décoratif chinois consistant à agencer les éléments d’un logement de façon à faire circuler un courant d’énergie positif parmi ses habitants et, par conséquent, d’améliorer leur bien-être ainsi que leur comportement. » (source : dictionnaire Antidote.)

Ce matin, en une du journal, j’ai pu lire l’analyse du feng shui du nouveau stade de l’équipe de football 49ers, qui jouait autrefois à San Francisco et qui est désormais établie à Santa Clara, une ville à presque une heure de route au sud, pas très loin de San Jose. Le match inaugural a eu lieu dimanche; les 49ers ont perdu 34-0!

Conclusions sommaires de la spécialiste feng shui:

  • la proximité des montagnes, du côté est du stade, est positive :  » Les montagnes symbolisent le dragon, une créature bonne qui représente l’énergie du pouvoir, de la chance et de la force ».
  • Le stade est près de la baie, l’eau « a l’énergie de la prospérité ».
  • Les couleurs de l’équipe sont le rouge et or, et le rouge est très présent dans le stade, puisque les bancs sont rouges: « le rouge a l’énergie de la chance, du pouvoir et de la protection ».

Les Montréalais savent enfin pourquoi les Expos sont partis : le stade était loin des montagnes et de l’eau, et il manquait de rouge dans le stade et sur l’uniforme des joueurs.

La spécialiste va même jusqu’à dire que si les propriétaires réparent leurs erreurs de feng shui, l’équipe pourrait gagner le Super Bowl en 2016….

Vous pouvez donc déjà faire vos paris sur les résultats du Super Bowl de 2016; si vous gagnez quelque chose, vous n’aurez qu’à me payer une bière en guise de remerciement.

Détails californiens

La Californie est en Amérique du Nord, comme le Québec. Il est normal de penser, avant de partir, qu’on ne sera pas dépaysé. Et c’est vrai dans les grandes lignes. Nous nous sommes bien adaptés ici. Toutefois, certains détails nous font bien vite réaliser que nous vivons dans un paysage familier, mais un paysage étranger tout de même. Explications.

1) « Tiens, de l’affichage en chinois, pourtant, on est loin du quartier chinois! »

Voilà ce que j’ai dit tout haut le deuxième jour que nous étions à Oakland l’an dernier, alors que nous allions magasiner des téléphones cellulaires, inconscients des embûches administratives qui nous attendaient. Le Viking, lui, riait aux éclats. J’avais vu sur la chaussée un énorme XING peint en jaune. C’est en réalité l’abréviation de crossing, ou traverse, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

IMG_20140817_184003_5632) La popularité du souffleur à feuilles

Le climat tempéré de la région d’Oakland fait en sorte qu’une multitudes de plantes et d’arbres poussent très bien ici. Il y a un revers à ce climat tempéré, et c’est la chute des feuilles. Puisqu’il ne fait jamais trop chaud ou trop froid, certains arbres se pensent à l’automne à différents moments de l’année et le sol est sans cesse jonché de feuilles mortes. Ce qui signifie qu’à tous les quinze jours, les vendredis à 8 heures du matin, des préposés d’une entreprise de paysagement viennent nous casser les oreilles en se servant d’un souffleur à feuilles. Et ça, c’est seulement notre immeuble! Il y a les employés de la ville qui font la même chose dans le jardin de roses, et tous les autres résidents de la rue qui s’y mettent à un moment ou à un autre. L’enfer! L’enfer surtout quand je constate qu’on ne fait que « jouer » avec le bruyant bidule en soufflant les feuilles et la poussière plus loin dans la rue sans les ramasser dans un sac!

3) Regarder travailler un Mexicain, c’est bien agréable

Difficile à croire, mais dans un endroit aussi porté sur la technologie, les lave-autos automatisés sont rares. La plupart des lave-autos sont en fait quelques places de stationnement dans une station-service où quatre à cinq Latino-américains vont frotter amoureusement votre véhicule. Vous me direz qu’en période de sécheresse, c’est plus écologique, et vous aurez raison. Mais je trouve la société américaine très hypocrite : d’un côté, on s’interroge sur comment régulariser la situation de millions de personnes qui sont illégalement aux États-Unis; de l’autre, il est facile de voir que si ces millions de personnes sont ici, c’est parce qu’elles réussissent à trouver du travail au noir. La ville de Berkeley a même des panneaux dans les rues pour regrouper les journaliers qui cherchent un employeur, voir ici.

Je n’ai jamais vu autant d’adultes faire « de petits boulots » qui sont souvent effectués par des adolescents au Québec: lavage de voiture; tonte de gazon et arrosage de plantes; promenade d’animaux domestiques, livraison de journaux, nettoyage de la vaisselle dans les restaurants. Travailleurs de la construction et d’entretien paysager, préposés à la cueillette des ordures et des matières recyclables: lorsque je croise ces gens, j’entends parler espagnol environ huit fois sur dix. J’aimerais bien croire que ces gens sont tous Américains et convenablement payés, mais ce n’est sûrement pas le cas.

4) La technologie, cette panacée

La semaine dernière dans le journal, il y avait un reportage élogieux sur une jeune femme qui vient en aide aux itinérants. D’après vous, qu’a bien pu faire la dame pour se retrouver en une du journal?

a) elle a donné toute sa fortune, constituée grâce à un coup boursier chanceux, à un organisme qui vient en aide aux sans-abris;

b) elle a mis sur pied une soupe populaire avec les restes de nourriture des cafétérias de Google;

c) elle a transformé de vieux autobus scolaires en douches roulantes puisqu’il n’y a que 16 douches à SF pour les itinérants;

d) elle a créé un site web où des sans-abris expliquent ce qu’ils vont faire avec des dons qui sont récoltés en ligne en leur nom.

La réponse est évidemment D, quoique le C est un véritable projet pilote créé par une jeune femme de la région. Autres solutions technologiques récentes qui règlent des problèmes dont vous ne soupçonniez pas l’existence: sites web pour acheter une réservation au restaurant huppé de votre choix à San Francisco; site web pour vérifier si votre voisin, qui semble avoir une vie sociale intense, loue son appartement ou sa maison sur AirBnB; et j’en passe.

5) Trop de nudité ou pas assez de nudité

En fin de semaine, j’ai lu que des gens qui ont reçu gratuitement le magazine GQ, voir ici, ont écrit pour se plaindre du caractère « pornographique » de la photo de couverture, avec des commentaires du type « une chance que c’est moi qui suis allé chercher le courrier et non mon fils de 14 ans »… euh, 14 ans? C’est que de nos jours, madame, votre fils doit vous trouver bien drôle de penser une telle photo « pornographique ». Et dans le plus pathétique, quelques centaines de parents de Fremont, une ville près de San Jose, ont réussi à faire interdire un manuel d’éducation sexuelle et de santé destiné aux élèves de 14 ans. Ils se sont scandalisés qu’on enseigne à leurs enfants des réalités comme la masturbation, les stades de l’excitation sexuelle, le sado-masochisme, qu’il y a des photos « explicites » dans le livre… J’ai vu un reportage où le journaliste en rajoutait en disant qu’il ne pouvait pas nous montrer ce qu’il y avait dans le livre! Au pays de la liberté d’expression, il faut toujours cacher ce sein qu’on ne saurait voir.

Et l’autre côté de la médaille? Certains nudistes de San Francisco, hommes ou femmes, ne pardonnent pas au conseiller municipal Scott Weiner d’avoir proposé et fait adopter un règlement interdisant la nudité en public aux personnes de plus de cinq ans en dehors de manifestations culturelles où la nudité est parfois de mise, comme les festivités de la fierté gaie. De temps à autre, quelqu’un défie le règlement devant l’hôtel de ville, ce qui signifie que la personne reste nue environ huit secondes, le temps qu’il faut aux policiers pour l’envelopper dans une couverture et lui passer les menottes pour cause de « méfait public ». Moi, je trouve la température de San Francisco trop fraîche pour cela et je m’étonne de l’existence d’un noyau de nuvites à SF. Mais il y a toujours la plage… Il y aurait huit plages à SF où on peut se dévêtir en toute légalité!

 

 

Tourisme californien

Cela fait un an et demi que nous vivons ici, mais les occasions de voyager ou même de visiter la région d’Oakland et de San Francisco n’ont pas été si nombreuses. Le Viking se sent toujours un touriste les (rares) fois où j’arrive à lui faire traverser la baie pour aller dans « the City » (les locaux disent « the City », et surtout pas « San Fran », paraît que ça fait, bien, « touriste »). C’est pour cela que j’ai été si contente de partir quelques jours vers le nord de la Californie pour mon anniversaire Voici donc quelques photos de notre escapade.

Premier arrêt: musée Charles M. Schultz, Santa Rosa. 2014-07-31 12.17.44 Cette superbe murale est composée de milliers de tuiles de céramiques de quatre cases : 2014-07-31 12.18.01    Après une nuitée à Healdsburg, nous sommes partis vers Eureka, sur la côte. Voici de quoi a l’air un paysage rural en période de sécheresse: IMG_1090   Autre paysage rural embrumé par de la fumée de feux de forêt (qui étaient éloignés de nous, à plusieurs heures de route au nord):IMG_1091Nous avons quitté l’autoroute pour emprunter la route panoramique appelée Avenue des géants, qui traverse un parc d’État où il y a des séquoias géants: IMG_1097 IMG_1102 Il faut toujours un attrape-touristes où tomber. Dans notre cas, ce fut l’arbre à traverser au volant (qu’on a traversé à pied): 2014-08-01 13.25.54 En fait, l’arbre était mort et suspendu par des câbles à d’autres séquoias géants toujours vivants! Nous avons traversé des villages minuscules. D’ailleurs, qui peut me dire à partir de combien d’habitants un village est peuplé de personnes et non « d’âmes », comme le veut le cliché des journalistes-de-la-ville-qui-débarquent-au-village. redcrestÀ Eureka, il y a eu du brouillard pendant deux jours. Voici donc des photos de la plage de Trinidad, un village un peu au nord d’Eureka: IMG_1117IMG_1118IMG_1121 C’est pas cette journée-là qu’on risquait d’attraper un cancer de la peau: 2014-08-02 11.47.01 Vers la fin de la journée, juste à temps pour notre escale à l’île Samoa (dans la baie d’Eureka), le soleil a chassé la brume. Voici un Viking à la plage. Notez l’élégance de sa tenue estivale: le Viking bronze en chemise!viking-samoa

 

Notre petite escapade a été riche en géographie: nous avons visité Eureka, Trinidad, Samoa, passé près de Manila, près de Nice et presque près des Alpes (il y a une réserve appelée Trinity Alps Wilderness dans le parc national de Klamath).

Nous espérons pouvoir partir une semaine cet automne afin de se faire des forces pour affronter les vacances de Noël!

Comment j’ai commencé ma cinquième décennie

Il est gentil le Viking, non? C’est grâce à sa bosse des maths qu’il m’a fait comprendre que mon quarantième anniversaire est le début de ma cinquième décennie d’existence! Mais bon, je suis restée jeune de coeur! C’est ce qui explique qu’après un délicieux petit déjeuner copieux, nous nous sommes rendus à Santa Rosa, le jour même de mon anniversaire, pour visiter le musée Charles M. Schulz, qui rend hommage au créateur de Snoopy, Charlie Brown et leurs amis.

J’ai beaucoup aimé la visite. L’exposition temporaire en vigueur est consacrée aux thèmes sociaux explorés par le dessinateur. Il a reçu souvent du courrier de gens qui le félicitaient soi-disant pour avoir pris position; en réalité, il recevait des lettres d’appuis de deux camps opposés en même temps, ce qui en dit long sur son talent!

Le seul inconvénient du musée, c’est que rien n’est traduit. Si vous ne parlez pas bien l’anglais, la visite va être bien longue. La série Peanuts a été traduite dans de nombreuses langues, mais aucune bande dessinée traduite n’est exposée, ce que j’ai trouvé décevant (déformation professionnelle).

Heureusement pour mon budget, nous sommes partis avant que la véritable boutique du musée ouvre ses portes. Voici tout de même une preuve de mon passage au musée :

doctor-is-in

Ensuite, nous avons fait une activité plus « adulte »: une dégustation de vin au vignoble Kendall-Jackson. Vous ne devinerez jamais ce que j’y ai acheté (à l’insistance du Viking) :

IMG_1138

Je n’avais jamais vu de farine de peau de raisins auparavant! En cherchant sur le web, on trouve de la farine de pépins de raisins, mais non de peau de raisins. Je crois que je n’ai jamais rien acheté d’aussi branché! Un produit local, sans gluten, qui revalorise des résidus de raisins qui servaient à produire du compost! Et bourré de vitamines et de minéraux paraît-il! Je vous en redonne des nouvelles quand j’aurai cuisiné quelque chose (leurs photos de biscuits sont bien belles, je pense que je vais essayer cela).

Santé!