Encore la santé

Je sais, vous êtes probablement fatigués d’entendre parler de « réseau de la santé », de « réforme », du « gros Barrette », mais ici, il se passe quelque chose qui est difficile à comprendre pour une étrangère, et difficile à accepter par un humain normal : la fermeture d’un hôpital public.

Le mois prochain, à moins d’une intervention d’un riche mécène autre que l’État de la Californie, l’hôpital Doctors Medical Center de San Pablo fermera ses portes. La ville de San Pablo est au nord d’ici, dans le comté Contra Costa. C’est un hôpital public, dont 80 % des patients sont sans assurances autres que les régimes d’assurance public du gouvernement californien, Medicare et Medi-Cal, qui remboursent de faibles montants (paraît-il) aux établissements qui soignent les patients couverts par ces régimes. Déficitaire et abandonné du gouvernement local et des citoyens, l’hôpital va fermer. Il n’y aura plus d’autre établissement entre Berkeley et Vallejo : 22 miles ( 35 km) séparent ces deux villes…

Lorsque je dis « abandonné du gouvernement local », je n’exagère pas. Cet hôpital relève du comté, qui refuse de lui donner de l’argent pour régler son déficit. Et puisque nous sommes en Californie, où toute hausse de taxe ou imposition d’une nouvelle taxe doit être approuvée par référendum, le résultat est à faire pleurer: les contribuables du comté ont refusé pour la troisième fois une taxe foncière spéciale pour financer les activités de l’hôpital. L’établissement a vendu deux immeubles et une tour à appartements afin de trouver l’argent pour payer les salaires du dernier mois de travail des employés et régler les frais associés à la fermeture.

Faute de personnel, les ambulances ne vont plus là depuis août 2014 et il ne reste que 30 lits d’ouverts. Vous faites un infarctus? On va vous conduire à plus de 30 minutes de votre domicile, ce qui vous laisse tout le loisir de mourir en route.

(De toute façon, une fois mort, ça va vous coûter moins cher.)

Non, il n’est pas tombé sur la tête…

Au fig., fam. Être tombé sur la tête. Être fou, dérangé. C’est vous qui êtes tombée sur la tête, Barbara (Aymé, Mouche, 1957, p. 28). (CNRTL.fr)

Cette semaine, un jeune homme de 24 ans a fait les manchettes. Certains pourraient penser qu’il est tombé sur la tête, selon la définition écrite ci-dessus. Imaginez : vous êtes une recrue dans la prestigieuse ligue de football américain NFL, vous jouez pour une équipe prestigieuse, les 49ers de San Francisco, et vous êtes promis à un brillant avenir. Puis, vous annoncez que vous quittez l’équipe, la ligue, même le sport. La gloire, l’argent, terminé tout cela. Pourquoi? Parce que, justement, vous ne voulez pas tomber sur la tête une fois de trop.

J’ai trouvé très courageuse cette décision de Chris Borland, qui a annoncé cette semaine qu’il craignait les conséquences à long terme de la pratique de son sport sur son cerveau, et qu’il préférait abandonner la NFL. Il juge que les risque de souffrir de l’encéphalopathie traumatique chronique sont trop élevés. Au Canada, une autopsie du cerveau du lutteur d’origine québécoise Chris Benoit, mort en 2007, a permis de découvrir qu’il avait le cerveau semblable à un homme de 80 ans atteint de démence. Il avait tué les membres de sa famille avant de se suicider. Ce genre d’histoires est malheureusement trop courantes chez des anciens joueurs de la NFL.

Dans le journal, on rapportait les propos d’un ex-joueur des 49ers, qui racontait qu’il avait eu « mal à la tête pendant 11 ans » et que lorsqu’on lui avait expliqué les symptômes d’une légère commotion cérébrale, il a hurlé aux spécialistes que s’il n’avait pas au moins 5 fois par match ces symptômes, c’est qu’il ne faisait pas bien son travail… Depuis qu’il sait qu’il est atteint d’une maladie dégénérative, il a changé son fusil d’épaule.

Bien sûr, il y a un analyste qui a traité Borland de « lâcheur ». Il y a des têtus partout. Mais je trouve ce genre de nouvelles très encourageantes. À quoi sert de se ruiner la santé pour gagner un paquet d’argent, si c’est pour mourir jeune avec un cerveau de vieux, ruiné (parce qu’ici, les soins de santé sont trrrès chers)? Voilà qui permet de garder espoir dans « notre belle jeunesse »!

Les trois Carmel (2)

Quelques conseils et suggestions d’activités si vous pensez visiter la région un jour.

1) Des sous

C’est une région touristique chère, comme bien de jolis endroits situés sur le bord de la mer. L’hébergement, même en hors saison, est cher. Après avoir songé à louer un chalet, je me suis rendue compte que même les chalets « rustiques » étaient loués à plus de 200 $ par jour. Nous avons donc eu les moyens de payer quelques dizaines de dollars de plus pour avoir une chambre d’hôtel avec service au chambre, petit-déjeuner et apéritif compris, mais pour un séjour de plus longue durée, je conseille le camping.

2) L’Aquarium de Monterey

L’aquarium de Monterey vaut vraiment le détour (cliquez ici pour lire des commentaires en français). Très populaire auprès des familles (j’ai rarement vu autant de poussettes au même endroit), l’aquarium comporte de nombreux bassins géants, d’une hauteur d’au moins un étage, remplis d’une multitude de poissons (comment gère-t-on autant de prédateurs potentiels?). D’autres bassins sont petits, remplis de petites choses à peines visibles (plancton, invertébrés, mollusques, coraux, anémones, etc). Le bassin des loutres de rivière attendrira le plus grognon des grognons : trois loutres très conscientes de la présence du public jouent et font des « pitreries » avec des poissons congelés et des cubes de glace.

IMG_20150228_142208_688IMG_20150228_133511_263

IMG_20150228_141435_806

IMG_20150228_141729_885

 

3) Le parc d’état de Los Lobos

Le parc de Los Lobos surplombe une falaise et longe la baie, ce qui offre des paysages extraordinaires. La difficulté des sentiers est moyenne et plusieurs sentiers sont accessibles aux personnes à mobilité réduite (les sentiers sont plats et asphalté). Comme tous les parcs d’état, l’accès est gratuit, seul le stationnement est payant, ce qui explique les nombreux véhicules stationnés sur le bas côté de la route près de l’entrée principale. De nombreuses sections du parc sont dénudées d’arbres, si vous allez marcher là en plein été, vissez vous une casquette sur la tête.IMG_20150301_133517_196

IMG_20150301_133931_028

IMG_20150301_142718_569

Colonie de vacances d’otaries sur la plage.

 

Je suis souvent photographiée par mon programmeur favori :

IMG_20150301_141127_113

4) Visite de vignobles

Les vignobles sont surtout situés à Carmel Valley. Nous sommes arrêtés au vignoble Château Julien pour faire une dégustation (en fait, j’ai dégusté; le Viking a humé le vin parce qu’il conduisait). Voici ce qui a retenu l’attention du Viking :

IMG_20150301_152835_312

Nous ne le savions pas, mais il existe un circuit d’autobus qui part du centre-ville de Monterey et qui fait la tournée des vignobles, une heureuse idée pour éviter la conduite avec facultés affaiblies. Et si vous ne voulez pas faire le tour des vignobles, Carmel-by-the-Sea compte de nombreux bars à vin et salles de dégustations de vignobles.

5) Gourmandises

Peu importe la durée d’une escapade, celle-ci signifie généralement d’oublier les habituelles restrictions alimentaires.

Voici un superbe filet mignon qu’a mangé le Viking le soir de son anniversaire :

IMG_20150226_203046_497

Tout un contraste avec le piteux steak frites auquel j’ai eu droit le lendemain midi dans un endroit réputé de Big Sur. Imaginez, nous commandons tous les deux la même chose, un steak frites TRÈS saignant (donc on s’attend à recevoir quelque chose qui ressemble à ce filet mignon pour la cuisson), et si le Viking a eu droit à un vrai steak saignant, j’ai reçu une tranche mince, petite et cuite bord en bord. Je pense bien que c’est la première fois que je renvoie une assiette en cuisine.

Pour terminer, voici un « égo-portrait au vent », pris entre Carmel et Big Sur.

IMG_20150227_152416_124

Les trois Carmel

La fin de semaine passée, le Viking et moi avons pris quelques jours de repos à Carmel-by-the-Sea, à environ deux heures au sud de San Francisco, sur la côte. Je me suis occupée de réserver notre hôtel, aussi ai-je été surprise de constater que nous étions hébergés à Carmel Highlands (pop. 820) à environ 4 miles de Carmel-by-the-Sea. Et à Carmel-by-the-Sea, si on tourne le dos à l’océan, on arrive à Carmel Valley, où il y a plusieurs vignobles. Des trois Carmel, seul le village situé au bord de l’eau est vraiment pittoresque.

Notre périple a bien commencé jeudi midi par un arrêt au restaurant du vignoble Wente à Livermore. Le principal inconvénient de cet établissement, c’est qu’il est à 45 minutes d’Oakland. Son principal avantage? Il est à 45 minutes d’Oakland! Sinon, le Viking m’y amènerait sans crier gare assez souvent… Ensuite, nous sommes arrivées à Carmel Highlands en milieu d’après-midi, juste assez tôt pour nous émerveiller de la vue depuis notre balcon:

IMG_1336Voici un heureux quadragénaire au repos:

IMG_1339

Nous avons bien relaxé durant cette fin de semaine. L’hôtel proposait une heure de l’apéritif avec vue sur le coucher de soleil, c’était agréable de rester sur la terrasse ou au salon avec un petit verre de vin.

La plage de Carmel:

IMG_1343

IMG_1345

 

IMG_1346IMG_1362

Chute au parc Julia Pfeiffer Burns.

Pour résumer: Carmel et la région de la péninsule de Monterey (Monterey, Carmel, Big Sur, Pacific Grove), c’est bien joli.

La suite bientôt!