Trois-quarts omnivore, 100% gourmande

Ceux qui me connaissent bien, et qui connaissent mon amour, le mot n’est pas trop fort, pour la protéine en forme de steak bien tendre et bien saignant, s’étonneront peut-être de ma nouvelle résolution, qui tient depuis un peu plus de deux semaines : manger de la viande qu’une fois par semaine.

« Mais, Jackie, que se passe t-il? », me demandez-vous. « As-tu eu un lavage de cerveau par tous ces Californiens qui ne jurent que par le chou frisé et le jus vert? »

La réponse est un peu plus simple : je veux, comme beaucoup de gens femmes, perdre quelques kilos. Le printemps dernier, j’ai eu un rendez-vous avec une infirmière qui m’a sorti tous les poncifs que je connaissais déjà: les légumes doivent composer au moins 50% d’une assiette, éviter les aliments frits (je mange des frites au deux mois), réduire la quantité de féculents, privilégier les grains entiers (déjà fait depuis longtemps et maintenant que je sais comment faire cuire du riz brun correctement, je ne vais pas m’en priver)… Je mange rarement de dessert, je n’achète plus de bacon, rarement du fromage. J’ai changé le lait 2% pour du 1%, le beurre ordinaire par du beurre non salé, le yogourt 2% par du 0%. Le vino et le cidre? Que la fin de semaine. Que faire alors pour réduire la quantité de calories? Je tente le pari de remplacer la viande par les légumes et les fruits. Pour l’instant, ça va. Je suis même étonnée de ne pas rêver à de la viande ou d’avoir moins de fringale en fin de journée!

Ne pensez pas que j’emprunte la pente glissante vers le végétalisme, les adeptes de ce courant alimentaire me font bien rigoler. Si ce n’était que pour des considérations de santé qu’ils s’abstiennent de tout produit qui n’est pas exclusivement végétal, je ne me moquerais pas de ceux-ci, mais quand j’entends des débats philosophiques qu’ils tiennent sur « les abeilles se font exploiter », je décroche complètement! Si les abeilles devaient survivre à notre possible disparition, elles ne cesseraient pas de produire du miel pour autant!

Bref, je suis toujours joyeusement omnivore : manger doit demeurer un plaisir et non devenir une source de tracasserie sans fin!

Lexique gastronomique californien : rotisserie chicken

Les Freedom fries appartiennent au passé. Rappelez-vous que parce que la France n’a pas voulu s’allier aux États-Unis pour envahir l’Irak après les attentats du 11 septembre, certains zélés américains avaient rebaptisé les French fries (pomme de terre frites) par Freedom fries.

Or, il semble que plus jamais, du moins dans le milieu local de la gastronomie et de la restauration, le français a la cote. Des exemples?

Pourquoi payer quelques dollars pour un vulgaire poulet BBQ quand vous pouvez commander un rotisserie chicken? Une assiette d’un demi-poulet « rotisserie » peut coûter de 16 $ à 25$ selon les endroits (et je ne vous parle pas de la popularité suspecte du poulet frit chez les bobos: pas le poulet PFK, non ma chère, il s’agit de poulet-bio-nourri-au-grain-frotté-au-babeurre-double-friture-qu’on-vend-26$-l’assiette)

Autre concept populaire, la cuisine sous vide. Avouez que cela fait plus chic de dire sous vide cuisine que d’écrire sur un menu « on achète de la bouffe pré-cuite enveloppée dans un sac qu’on finit de cuire dans l’eau bouillante ou à feu doux au four »…

With au jus

Le Viking rigole, et moi aussi, chaque fois qu’on commande un sandwich au roastbeef « with au jus » (avec au jus); le sandwich est servi avec un ramequin de bouillon de type « Bovril » où on trempe son sandwich.

Moules frites, crème brûlée, pain au levain, foie gras sont d’autres éléments qu’on retrouve « en français dans le texte » dans les menus locaux. Bon appétit!

Adieu, David!

La disparition de David Bowie laisse un grand vide dans la culture populaire et dans l’industrie musicale. Il est décédé le 11 janvier, quelques jours après lancement de son 25e album, Blackstar. Comme d’habitude, cet album était tourné vers l’avenir.

J’ai toujours admiré cet artiste, qui ne n’est jamais assis sur ses lauriers et a toujours été à l’avant-garde. Je suis chanceuse d’avoir pu voir l’an dernier l’exposition David Bowie is, qui retraçait sa carrière, ses sources d’inspiration et sa créativité phénoménale.

Pour écouter quelques chansons et voir la vidéo originale de Space Oddity (la deuxième pièce), c’est  sur Ici Musique.

Tant pis pour les voisins, je souligne la mémoire de David Bowie en musique.

Rouler dans la joie!

Il y a presque deux ans, pour mon 40e anniversaire, j’étais allée visiter le musée du créateur de Snoopy et de Peanuts, le Charles M. Schulz Museum à Santa Rosa.

Le Viking, cédant à mon enthousiasme, avait déposé une demande pour que nous recevions une plaque d’immatriculation bien spéciale :

plaque-snoopy

 

Nous avons reçu la confirmation que le nombre minimal de 7500 demandes avait été atteint et que les plaques allaient bientôt être produites!

Les fonds recueillis sont versés dans une cagnotte pour les musées de la Californie. Nous aurons aussi droit à des rabais et des promotions spéciales durant l’année 2016 dans certains musées.

Cette année, nous allons rouler dans la joie! Et j’aurai un moyen infaillible de reconnaître notre voiture….

Bonne année 2016!

Bonne année 2016! Le début de l’année signifie pour beaucoup de gens l’adoption de résolutions, souvent liées à l’alimentation et à l’exercice, en raison de cette culpabilité qui nous vient d’avoir fait des excès durant les Fêtes.

Tout ce que je peux vous dire, c’est que les résolutions diététiques du Viking sont encore au stade de conditionnel (faudrait ben que je perdre quelques livres…); les miennes, euh, ressemblent beaucoup aux siennes! Le frigo est tout de même rempli de fruits et de légumes (encore faut-il les manger!)

L’Angleterre a décidé de donner un coup de pouce à ses citoyens pour qu’ils deviennent plus en santé. Si aux États-Unis, les plus récentes lignes directrices publiées concernent l’importance de réduire la consommation de sucre, l’Angleterre a décidé de s’attaquer à l’exercice le plus populaire chez elle : « lever le coude »!

Shocking! Les autorités de santé publique ont revu à la baisse le nombre maximal de consommations d’alcool que les hommes devraient boire par semaine, soit le même nombre que les femmes, 14, alors qu’auparavant la consommation hebdomadaire recommandée pour les hommes était de 21. Une consommation, c’est un verre de bière de 5 % d’alcool de 340 ml (non une pinte anglaise… une pinte correspond à 2 consommations, ouch!), un verre de vin de 140 ml à 12 % d’alcool et un verre de spiritueux de 45 ml à 40 % d’alcool. De plus, les directives mentionnent que tout le monde devrait passer « plusieurs jours » par semaine sans boire d’alcool… Quand on explique ce qui devrait être une évidence, c’est signe que beaucoup de gens boivent tous les jours!

Les directives canadiennes sont plus sévères, soit 15 consommations maximales par semaine pour les hommes et 10 pour les femmes, à raison de 2 verres par jour pour les femmes et de 3 par jour pour les hommes.

Je vous laisse, c’est justement l’heure de l’apéro du vendredi! Après tout, le vin c’est bon pour le coeur! (Même le bon docteur Béliveau est d’accord…) Et pour le moral!