Les grandes vacances de Jackie et du Viking

Les grandes vacances de Jackie et du Viking ont commencé le 8 mai dernier, à leur départ de San Francisco. Après un trop court séjour à Montréal, ils ont passé quelques jours à New York, avant de prendre le large vers le Royaume-Uni, où ils prévoient voir de belles choses et boire de la bonne bière tout l’été!

Nous sommes allés quelques jour à New York avant d’embarquer sur le Queen Mary 2, un paquebot qui relie New York et Southampton, dans le sud de l’Angleterre. Grâce à un rabais très avantageux de dernière minute, nous avons pu nous prélasser une semaine, logés, nourris et blanchis, pour presque le même prix qu’un billet d’avion, l’offre qu’on peut difficilement refuser lorsqu’on a le temps! Le décalage horaire est beaucoup moins violent, puisque l’heure avance d’une heure aux deux jours environ. Le Viking a eu un peu le mal de mer, moi, rien du tout, mais nous avons éprouvé tous les deux des épisodes de mal de terre très courts hier, après avoir touché terre!

Notre première journée en sol anglais a été bien remplie, nous avons été visiter Stonehenge, l’ancien site de la ville de Salisbury, Old Sarum, et la cathédrale de Salisbury, où se trouve l’un des 4 exemplaires de la Magna Carta, la grande charte signée entre le roi Jean et l’Église en 1225, qui consacre l’origine de la démocratie parlementaire et le principe que personne, même le roi, n’est au-dessus de la constitution et des lois d’un pays.

Nos premières impressions de l’Angleterre? Les transports collectifs sont de grande qualité, même dans une ville comme Southampton, qui a seulement 250 000 habitants. Il y a des bus aux 7 minutes, des trains régionaux aux 20 minutes, une signalétique facile à comprendre. Il y a deux universités ici, la ville a donc de nombreux pubs et cafés et semble bien paisible. Il a plu aujourd’hui, comme d’habitude!

Je vous raconterai plus en détails notre semaine transatlantique très bientôt!

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized par Jackie. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Jackie

Jackie Waterman est tombée dans la soupe à l'alphabet à l'age de 6 ans. D'abord journaliste, puis désormais traductrice de l'anglais vers le français, elle quitte le Québec pour s'installer à San Francisco en 2013. Ce pseudonyme est un discret hommage à l'antihéros Jack Waterman du roman Volkswagen Blues du romancier québécois Jacques Poulin.

Laisser un commentaire